Turn a new leaf.
Gilles_Paillard.associations
Comment résumer en quelques mots la mission de SOS Villages d’Enfants ?

SOS Villages d’Enfants est une association engagée dans la protection de l’enfance qui offre aux enfants délaissés la possibilité de se reconstruire via un espace d’accueil et d’attachement ouvert à toute la fratrie. S’il y a bien un développement qui se doit d’être durable, c’est celui de l’enfant. Nous sommes fondamentalement des militants et notre coeur de métier consiste à faire du développement durable pour les enfants.

SOS Villages d’Enfants est membre agréé du Comité de la Charte depuis 1992. Que signifie concrètement cet agrément ?

L’éthique et le respect du donateur guident l’ensemble de nos actions en France et à l’étranger. Nous devons beaucoup au Comité de la Charte qui nous a aidés à mettre en place et développer des outils transparents de gestion. Le Comité est une structure de contrôle des associations, un label de référence incontestable, dont l’agrément signifie un mode opératoire associatif rigoureux qui permet le don en toute confiance. C’est une garantie pour les donateurs et un référentiel de gestion pour les associations. Chaque legs est balisé de A à Z dans une double perspective de transparence et de traçabilité.

Un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales soulignait en 2000 l’efficacité, la cohérence, la rigueur et la transparence de votre association. Qu’en est-il 15 ans plus tard ?

Nous sommes plus que jamais attachés à ces valeurs profondes qui guident notre action et dans lesquelles nous nous reconnaissons pleinement. Contrairement à certaines croyances, le monde associatif est hyper professionnel dans sa gestion parce qu’il est hyper contrôlé. Nous le sommes nous-mêmes fréquemment. Il y a l’IGAS, mais aussi le Comité de la Charte, la Cour des Comptes, l’autorité de tutelle, le commissaire aux comptes, sans oublier la presse qui passe régulièrement au crible la gestion des associations. Le magazine Challenges du 4 décembre 2014 a reconnu SOS Villages d’Enfants comme « l’une des associations dont la gestion semble la plus stricte » parmi les 20 principales ONG. Cette reconnaissance de notre fil directeur, qui est à la fois stratégique et moral, est pour nous très importante.

Comment répondez-vous aux recommandations du Comité de la Charte qui milite pour toujours plus de transparence ?

Cette transparence se ressent dans nos outils de communication : rapport annuel, rapport financier, rapport moral… Il n’y a pas d’éléments cachés : tout est publié, expliqué, chiffré. Nous respectons toutes les préconisations du Comité de la Charte. Toutes ces informations sont régulièrement transmises à nos instances de tutelle et à nos donateurs. Nos comptes sont publiés chaque année et consultables sur www.sosve.org. La transparence et la traçabilité sont au coeur de notre disque dur. Quand nous recevons un don pour le village de Madagascar, l’argent va au village de Madagascar et pas ailleurs. Nous veillons à respecter pleinement la volonté de chacun de nos donateurs.

Quelles sont les ressources financières
de l’association et quel pourcentage va directement aux enfants ?

En 2014, les ressources privées collectées auprès des particuliers et de nos entreprises partenaires s’élevaient à 26,4 millions d’euros et les financements publics des conseils généraux au titre de la protection de l’enfance à 31,1 millions d’euros. Au-delà de ces grandes masses, il faut essentiellement retenir que sur 100 euros reçus de la générosité du public et des subventions, 88,40 euros vont au profit des enfants. C’est objectivement un très bon ratio qui découle de notre rigueur de gestion et qui tient aussi au fait que nous achetons bien, que nous avons des partenaires généreux et que nous faisons beaucoup de choses par nous-mêmes.

« Sur 100 euros reçus de la générosité du public et des subventions, 88,40 euros vont au profit des enfants »

Que représente l’immobilier dans les libéralités perçues au titre des legs, donations et assurances-vie ?

Un dossier sur deux environ comprend au moins un bien immobilier. Nous traitons entre 5 et 10 ventes immobilières par an, ce qui n’est pas énorme en soi mais constitue toujours une activité particulièrement chronophage.

SOS Villages d’enfants

« S’il y a bien un développement qui se doit d’être durable, c’est celui de l’enfant. »
SOS Villages d’Enfants France est une association (loi 1901), apolitique et non confessionnelle. Créée en 1956, elle participe à la mission de protection de l’enfance en France et dans le monde. SOS Villages d’Enfants accompagne des frères et soeurs dont la situation familiale nécessite le placement. Elle permet aux fratries de grandir ensemble, dans un cadre de vie de type familial, en s’appuyant sur une relation éducative et affective durable. Une éducatrice familiale membre d’une équipe pluridisciplinaire accompagne chaque enfant de manière personnalisée. Dans le monde, SOS Villages d’Enfants mène également des actions de prévention de l’abandon et développe des programmes en direction des populations vulnérables pour favoriser leur accès à l’éducation, la formation professionnelle et la santé.

SOS Villages d’enfants France en quelques chiffres :
• Créée en 1956, reconnue d’utilité publique en 1969
• Présente dans 134 pays
• Plus de 50 000 bénéficiaires dans 22 pays, dans le cadre de SOS Villages d’Enfants International, et en France : 1 000 bénéficiaires
(Chiffres au 1er janvier 2015)logo_sos_villages_d'enfants

www.sosve.org

SOS Villages d’enfants France
6 cité Monthiers
75009 Paris