fabrice-ConvertImage

Quelle est votre fonction à l’Institut Pasteur ?

L’Institut Pasteur compte de nombreux chercheurs dont je fais partie. Je suis médecin, professeur d’histologie à l’Université Paris-Descartes et chef de service à l’hôpital Sainte-Anne. Je partage mon temps entre un service hospitalier et mon laboratoire de recherche à l’Institut Pasteur. Neurologue de formation, je travaille sur les conséquences des infections des systèmes nerveux et musculaires.

Quelle est votre domaine de recherche ?

Il concerne la description des processus pathologiques des maladies et la proposition de nouveaux traitements. Mon unité fait de la recherche translationnelle. 50 % de nos collaborateurs, des médecins, travaillent au lit du malade et à la paillasse du laboratoire. La recherche descriptive étudie ce qu’il se produit en cas d’atteinte du cerveau ou du muscle. Nous étudions en parallèle des nouvelles thérapeutiques destinées à protéger les organismes des agressions ou à les réparer via notamment les cellules souches que nous connaissons bien et utilisons déjà comme modèle de réparation des tissus.

Quels sont les traitements attendus ?

Notre organisation permet un transfert rapide de nos découvertes en clinique. Nous avons démontré il y a quelques mois qu’un anesthésique était neuro-protecteur et une étude clinique a alors immédiatement été conduite afin de tester cette molécule en neuroprotection. Nous attendons des traitements protecteurs du système nerveux des patients les plus fragiles et des traitements de reconstitution des tissus endommagés. Il faut savoir que le champ de la thérapeutique évolue à toute vitesse et qu’on ne traite plus du tout le cancer comme il y a 10 ans. Nous sommes entrés dans l’ère du traitement personnalisé et bientôt de la médecine régénérative.