la

Le 112ème baromètre des prix de l’immobilier indique un marché toujours dynamique en dépit d’un coup de frein dans plusieurs métropoles.

Paris enregistre une forte poussée des prix en mars (+0,8%) et passe un nouveau seuil avec une moyenne de 9 536 €/m2 au 1er avril. Aucun type de bien ne semble échapper à ce mouvement haussier. L’indicateur de tension immobilière relève 5 acheteurs pour 4 vendeurs dans un contexte de taux de crédit toujours en recul (1,35% sur 15 ans, 1,55% sur 20 ans et 1,75% sur 25 ans).

Malgré une bonne tenue du marché dans les 10 plus grandes villes de France (+0,3% en mars), Marseille (-0,1%) et surtout Nice, Montpellier et Bordeaux (-0,3%) sont à la peine, contrairement à Lille, Rennes (+1,3 %) et Lyon (+2,8%) qui font preuve d’un beau dynamisme depuis janvier.

La palme de la progression revient incontestablement à Nantes, 6e agglomération française, qui, avec 10,3% d’augmentation en un an, explose littéralement. Demande au top, délais de transaction qui raccourcissent, prix qui flambent… : la préfecture de Loire-Atlantique (3 500 nouveaux habitants chaque année depuis 2011) serait-elle le nouveau Bordeaux ?